[DYK#9] MAZDA 787B : Si le diable roulait en Jap’…

Mazda-787B le Mans

Nous connaissons tous ces histoires, racontées de campagne en campagne, et que nous aimons partager pour se faire peur….

Mais connaissez vous celle-ci ? Celle du diable qui roulait en Mazda 787B? Il paraîtrait que son bruit, marquerait à vie chaque personne qui l’aurait entendu et viendrait directement des flammes de l’enfer ! Laissez moi vous conter cette histoire…

Mazda-787B le Mans

Au commencement, le diable n’était pas le mauvais bougre qu’on connait mais plutôt un ange ! Sauf que le lascar avait bien trop d’ego, et voulu prendre la place de Dieu ! Et ça, ça ne se fait pas trop là haut ! Il sera châtié pour ça et filera droit vers les abîmes !

Je m’égare… je vais plutôt vous parler de sa monture…

Mazda-787B le Mans

Tout commence en 1988 lors de la conférence de presse des 24H du Mans. Jean-Marie Balestre, alors président de la FISA ( Fédération Internationale du Sport Automobile). Annonce que les moteurs de type rotatif seront interdits à partir de 1990 afin d’uniformiser les motorisations utilisées en Championnat du monde des voitures de sports. Cependant la FISA octroira une année de plus pour les autos de l’ancienne génération FIA GROUPE C. Elles seront par contre handicapées puisque leur poids minimal devra être de 1 000 kg contre 880 kg pour les IMSA-GTP et 750 kg pour les nouvelles Groupe C avec leurs moteurs d’une cylindrée de 3,5 litres. Ah les joies du règlement !!

C’est alors que Takayoshi Ohashi (à vos souhaits…), directeur compétition chez MazdaSpeed joue des coudes et réussi a convaincre la FISA de pouvoir descendre la 787 (millésime 1990) sous son poids initial, soit 830 kgs grâce à l’utilisation de fibres comme toujours. Et là ça commence à causer !

Le moteur R26B ( A ne pas confondre avec le fameux 6 en ligne…). Est donc un quadri-rotor développant 700 chevaux à 9000 tr/mn. Et là, tu comprends pourquoi ça miaule ! Tout ça couplé à une boîte manuelle à 5 rapports, et la bestiole est propulsée à plus de 350 km/h…

Mazda-787B le Mans

C’est en 1991 que débarque notre 787B avec quelques améliorations au passage afin de la fiabilisée. Empattement plus long, voies élargies, une petite cure d’amincissement ainsi qu’un gain en aérodynamisme. La belle est enfin prête pour la victoire !

Mazda-787B le Mans

La 787 et la 787B manquait de rythme sur un tour par rapport a la concurrence, mais les Mazda avaient pour elles la fiabilité (étonnant pour un moteur rotatif me direz vous !) Et cette fiabilité finira par payer au 24h du Mans 1991, quand une 787B pilotée par le trio Volker Weidler, Bertrand Gachot (cocorico !) et Johnny Herbert passera la ligne d’arrivée en tête après 4923,2 kilomètres de courses à la vitesse moyenne de 205,13 km/h ! Ce sera malheureusement la seule victoire de la bête, dû à une pression des marques concurrentes pour faire interdire la technologie du rotatif !

Mazda-787B le Mans

Et c’est là que la légende prends forme ! Pour avoir cette victoire, la marque Japonaise aurait conclu un pacte avec le diable, et la voiture lui appartient maintenant pour l’éternité… Il se dit même que certaines nuit de pleine lune, on peut encore entendre hurler la Mazda dans les Hunaudières !

Mazda-787B le Mans

The Last News





error: Content is protected !!